Garp…sur la peur de voir mourir ses enfants

Et le Crapaud du Ressac ? Colin en connaissait bien l’origine.

C’était son frère Brendan qui avait mal compris, un jour d’été sur la plage, à Long Island. « Fais attention au ressac, Brendan, il y a un courant, lui avait enjoint Colin – à l’époque, Brendan avait six ans et Colin dix. Brendan n’avait jamais entendu parler du courant ;il crut que Colin lui parlait d’un crapaud. Quelque part, dans le ressac, un dangereux crapaud était à l’affût.

Et qu’est-ce qu’il peut te faire ? S’enquit-t-il.
Il peut te tirer sous l’eau et t’entraîner vers le large, répondit Colin.
Ce fut la fin de l’amour de Brendan pour la plage – il refusait de s’approcher de l’océan. Des semaines plus tard, je le vis qui se tenait à distance respectueuse du bord, les yeux rivés sur les vagues.
Qu’est-ce que tu fais ? Lui demandai-je.
Je guette le Crapaud du Ressac, répondit-il. Il est gros comme quoi ? De quelle couleur il est ? Il nage vite ?
Le monde selon Garp n’existerait pas sans le Crapaud du Ressac. C’est Brendan qui m’a mis sur la voie.

A ma grande surprise, Colin ne me demanda pas de quoi parlait le monde selon Garp . Ce fut lui qui me l’apprit.
« C’est sur la peur de la mort, je crois, commença-t-il, ou peut-être plus précisément la peur de voir mourir ses enfants, ou ceux qu’on aime. »

 

Le monde selon Garp
John Irving

Citation de la préface de l’ édition française de 1998
Éditions du Seuil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *