L’homme est désormais sans illusion sur le fauve qui dormait en lui

ORIGINES

René Grousset – Bilan de l’histoire 
Mesure de la civilisation – Origines

L’homme est désormais sans illusion sur le fauve qui dormait en lui. Dachau, Ravensbrück, Buchenwald, Belsen… La guerre qui s’achève aura un ainsi ramené l’humanité à la modestie de ses origines : c’est la un point où les théories évolutionnistes rejoignent très exactement le dogme chrétien du péché originel. Il aura suffi de l’occasion des doctrines totalitaires pour que le monstre, brisant ses chaînes, détruisent sur d’immenses étendues une civilisation qui se croyait immortelle. Quelles pages pareilles spectacle n’eût-il pas inspiré un Pascal ! Mais voici que depuis Pascal tous les progrès du génie humain n’auront servi qu’à rendre incommensurablement plus meurtrier nos périodiques retours à la barbarie.

Nous savons désormais que dès les premières semaines d’une guerre toute la civilisation urbaine d’un pays peut-être, en quelques heures, rasée au sol.
Tout d’abord que représente l’histoire de l’humanité dans celle de la Terre ? Pour fabuleux qui nous apparaissent en soi, notre passé n’est qu’un point dans le gouffre du temps planétaire.
Époque primaire époque secondaire époque tertiaire époque quaternaire (entre 1,3 millions d’années et 150 millions d’années nous séparent de ces époques) …/…
Répondons aux géologues que dans ces conditions le progrès humain aura tout de même été singulièrement lent.…/…

Annemarie Schwarzenbach journaliste , photographe – Afghanistan 1939-1940 – Profitant de la neutralité Suisse alors que l’Europe s’enfonce de nouveau dans la guerre, elle voyage en Ford avec Ella Maillart de Genève à Kaboul en passant par l’Iran. WIKIMEDIA SWISS NATIONAL LIBRARY

En tout état de cause, nous devons faire remonter à, au moins quelque 120 000 ans avant notre ère l’homme de Néanderthal, représentée par le squelette de la chapelle aux Saints avec son attitude verticale encore si imparfaite, sa lourde mâchoire, son faible développement cérébral, mais déjà susceptible de préoccupations « religieuses », puisqu’il pratiquait l’inhumation.
L’Homo sapiens fait son apparition avec l’aurignacien et le solutréen, cultures qu’on situe ensemble entre 45 000 et 25 000 environ avant notre ère.
Le sorcier dansant et masqué de la grotte des trois frères nous laisse entrevoir le caractère de ces sombres religions préhistoriques (Culte de la fécondité…).
Quant aux sacrifices humains, autre lègue de l’humanité primitive, on les retrouvera aussi au berceau de nos plus brillantes civilisations dans les premières tombes d’Our, dans les premières sépultures chinoises de Ngan-yang, pour ne pas parler des immolations collectives de captifs sur les hôtels de tous les lieux assyriens ou Aztèques, scythes ou polynésien, négro-africains ou germaniques.

Annemarie Schwarzenbach journaliste , photographe – Afghanistan 1939-1940 – Elle voyage en Ford avec Ella Maillart de Genève à Kaboul en passant par l’Iran. WIKIMEDIA SWISS NATIONAL LIBRARY

Toutes les déformations morales que nous pourrions, dès l’origine, signalé dans ce domaine, tiennent d’ailleurs à l’ensemble d’effroyables complications mentales qui constituent le raisonnement du primitif, à ce dédale obscur cheminement de la pensée prélogique ou l’école de Lévy–Bruhl* a commencé apporter la lumière.

Ainsi dans le moment même où l’humanité se dégageait de l’animalité, ces progrès n’avaient, à certains égards, servi qu’à susciter en elle de nouveaux prétextes de luxure et de meurtre.

Après la bestialité originelle née de l’instinct de reproduction et le geste du carnivore qui abat sa proie pour obéir à l’instinct de conservation, voici, chez l’être pensant, la lubricité et l’homicide promus par les religions au rang d’actes gratuits et sacrés. C’est en ce sens (et si nous restreignons le fait religieux aux définitions incomplètes de l’école sociologiques) que le chrétien pourra souscrire au vers de Lucrèce: « tantum religio potuit suadere malorum« * « Tant la religion a pu inspirer de barbarie aux êtres humains »
Cette perversion congénitale est un des faits les plus troublants de notre enquête. Sur toutes les religions primitives planent d’ailleurs la notion d’un inconnaissable conçu comme Dieu de terreur, un dieu assoiffé de sang.

Notion affreuse certes, mais qui n’est pas sans répondre (ayons le courage de nous l’avouer) à tout un côté de l’expérience quotidienne devant le jeu impitoyable des forces naturelles et des lois de la vie. Sous la forme la plus élaborée, la menace ainsi pressentie dès l’aube de la conscience humaine prendra un jour l’aspect du Çiva hindou, du dieu cosmique dont la cause les jeunes générations, vision que, du reste, nous n’aurions guère le droit d’écarter a priori, si le monde de la vie n’était que ce qu’ils paraissent.

 

René Grousset – Bilan de l’histoire – Éditions Plon 1946
Mesure de la civilisation – Origines

 

Annemarie Schwarzenbach journaliste , photographe – Afghanistan 1939-1940 – Elle voyage en Ford avec Ella Maillart de Genève à Kaboul en passant par l’Iran. WIKIMEDIA SWISS NATIONAL LIBRARY

René Grousset de l’Académie française fait ses études à Montpellier. Il est engagé pendant la Première Guerre mondiale, puis devient professeur d’histoire et de géographie à l’école des Langues orientales.
Le médiéviste Pierre Aubé écrit de lui : « Cet historien, qui a su s’appuyer sur le meilleur des plus grands orientalistes de son temps, dont l’érudition est d’une rare solidité quand il s’agit d’établir des faits, est très orienté quand il s’agit de les interpréter. Son angle de vision est très marqué par l’utopie colonialiste qui avait cours dans les années 1920-1930 où il a construit son opus magnum. » (Un croisé contre Saladin, Renaud de Châtillon, Fayard, 2007, p. 82, n. 1.)  http://www.babelio.com/auteur/Rene-Grousset/10398

 

*Lucien Lévy-Bruhl : né à Paris le 19 avril 1857 et mort le 13 mars 1939, est un philosophe, sociologue et anthropologue français, dont les travaux, au début du XXe siècle, ont principalement porté sur l’étude des peuples sans écriture. Il fut l’un des collaborateurs d’Émile Durkheim. Cousin par alliance d’Alfred Dreyfus, il a été l’un des premiers à le soutenir publiquement.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_L%C3%A9vy-Bruhl

 

*tantum religio potuit suadere malorum
« Tant la religion a pu inspirer de barbarie aux êtres humains »  Literally: « So potent was religion in impelling to evil » « The practice of religion leads people to practice evil »  Latin Etymology _ From Lucretius’ De Rerum Natura, Book I, 101.   http://fr.wiktionary.org/wiki/tantum_religio_potuit_suadere_malorum

 

Annemarie Schwarzenbach, née le 23 mai 1908 à Zurich et morte le 15 novembre 1942 à Sils en Engadine, est une écrivaine, journaliste, photographe et aventurière suisse.
Afghanistan  1939-1940, profitant de la neutralité suisse alors que l’Europe s’enfonce de nouveau dans la guerre, elle voyage en Ford avec Ella Maillart de Genève à Kaboul en passant par l’Iran.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Annemarie_Schwarzenbach  

 

 

Annemarie Schwarzenbach journaliste , photographe – Afghanistan 1939-1940 – Profitant de la neutralité Suisse alors que l’Europe s’enfonce de nouveau dans la guerre, elle voyage en Ford avec Ella Maillart de Genève à Kaboul en passant par l’Iran. WIKIMEDIA SWISS NATIONAL LIBRARY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *